OK, je comprends Flyer.be utilise des cookies pour améliorer l'expérience d'utilisateur. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.

Que (ne) doit-on surtout (pas) faire pour gagner les élections?

Déjà dans l’ancienne Rome, on savait qu’il suffisait d’avoir une bonne campagne d’élections afin de vaincre la concurrence. Le frère de Marcus Tillius Cicero, Quintus, avait d’ailleurs écrit le livre “Comment gagner les élections” bien avant que Marcus visait la fonction la plus haute à Rome en 64 avant Jésus-Christ. À l’âge de 42 ans, Marcus tente sa chance pour décrocher un des deux postes de consul. “Comment se comporter avec le peuple?” Il suit les conseils du livre de son frère. “Connaissance des noms, flatterie, persévérance, générosité, publicité, un joli show et une vision pour l’état.”

Les 5 stratégies qu’il vaut mieux éviter

1. Diffuser son message tout seul en ligne

Les nouveaux médias en ligne nous permettent tous d’atteindre des milliers de personnes avec seulement des clics et des swipes. Durant les élections locales précédentes en 2012, il n’était pas encore si évident de faire de la publicité sur les réseaux sociaux. Ce n’était pas encore si populaire à travers toutes les classes sociales. Aujourd’hui, il est extrêmement facile d’utiliser les réseaux sociaux, même si la comparaison est difficile à faire avec le vrai contact humain.

2. Se surcharger de travail

... et faire des fausses promesses par après. Il est parfois trop facile de faire des promesses d’élections vides. Cependant, une loi a été approuvée en 2014 afin de taxer le bureau du Plan avec un calcul objectif de tous les programmes. Malheureusement, ceci n’est pas très réalisable. Pire que cela serait de décevoir vos électeurs si vous êtes élus.

3. Imiter ou copier un autre politicien

L’authenticité est extrêmement importante. Ce n’est pas très intelligent de recopier le style ou le programme de quelqu’un d’autre. Vous ne dupez non seulement vous-même, mais aussi vos électeurs. Et ceux-ci sont plus intelligents que ce que vous ne croyez. Tôt ou tard vous serez démasqués et foutus.

Si vous croyez qu’imiter quelqu’un qui a reçu beaucoup de votes vous en apportera plus, alors vous vous trompez sûrement. Justement, cela attire l’attention parce qu’ils sont si connus. Si vous voulez un exemple de ce qu’il faut faire, regardez Maggie De Block. Malgré les critiques elle reste fidèle à soi-même, ce qui se reflète dans sa popularité énorme.

4. Tricher

Il y a plusieurs manières de tricher ou d’être malhonnête dans son jeu durant les élections. Vous pouvez vandaliser les posters d’élections, préparer votre propre texte politique biaisé, contacter quelques russes,... nous ne voulons bien sûr pas vous donner des idées.‘Corrompu’ ‘frauduleux’ et ‘avide de pouvoir’ ne sont que quelques caractéristiques de politiciens qui polluent le paysage politique et que le peuple déteste.

Afin de mener une campagne correctement, vous pouvez lire cet article, où nous expliquons entre autres la taille de votre budget officiel. Dans cet article vous trouverez les conditions afin de ne payer que 6% de TVA. Nous ne pouvons que déconseiller toute forme de fraude. Si vous vous faites attraper, c’est tout de suite game over et les conséquences ne sont pas des moindres.

5. Des blagues linguistiques nulles et des posters d’élection inférieurs

D’accord, l’humour est certainement négociable. Une bonne dose d’auto-dérision prouve que vous connaissez bien qui vous êtes. Mais voulez-vous vraiment être pris au sérieux? Alors il vaut mieux ne pas exagérer avec les blagues nulles. Faites quand même attention avec votre slogan d’élection super original. L’humour peut attirer l’attention de manière positive et négative, mais la vie de la commune est quand même une affaire sérieuse. Dans cet article, nous avons récolté les affiches d’élection les plus marrantes de notre pays et de l’étranger.

Au Pays-Bas, le slogan ‘Zo VRIJ! als een aardbei’ (Si LIBRE! comme une fraise!’) pour le parti VRIJ! Beverwijk a été élu le plus mauvais de 2018. Encore d’autres: ‘Minder belasting, meer bitterballen’ (‘Moins de taxes, plus de boulettes’) de VDD Delft et ‘Bedankt dat je naar me omcake’ (‘Merci de m’avoir regardé’ – avec un jeu de mot sur ‘cake’) de Christenunie Zwolle.

Les 5 choses qu’il faut absolument faire

1. Faire le maximum de rencontres

Les gens votent pour des gens. C’est pour cela qu’il est important de rencontrer ces gens-là. Vous voulez apprendre à les connaître, mais plus important: ils doivent apprendre à vous connaître. Qui est la personne derrière ces déclarations? Est-ce que ce sourire éclatant qui paraît sur l’affiche d’élection est aussi sincère en vrai? Qu’est-ce qu’il ou elle pense de certains sujets et où se trouvent les nuances? Comment trouver et relier les gens est un art en soi. Si vous rencontrez les personnes appropriées, alors dans ce cas, vous avez dans quelques semaines une équipe volontaire et personnelle, vos sympathisants, qui vous aideront à propager votre message.

2. Prépare un programme compréhensible, concis et local

Un fil conducteur à travers votre programme est sans aucun doute le meilleur point de départ pour votre programme. Des slogans importants, des points d’ancrage, des points centraux, ... qui montrent comment vous ou votre parti allez faire face aux problèmes sont absolument nécessaires. Un message clé clair qui correspond à vos valeurs fondamentales assure un programme d’élection authentique. Il est donc important d’également parler des choses qui sont importantes pour les personnes proches de vous. Votre crédibilité est beaucoup plus importante quand vous parlez de vos expériences directes.

3. Faites attention à votre langage

Votre langage reflète la personne que vous êtes. Mais ne vous sentez pas obligés d’articuler excellemment ou de parler un français parfait. Un point très important auquel vous devez faire attention sont les connotations qui sont inextricablement liés avec certains mots. Vous avez toujours le choix: dites-vous ‘victimes civiles’ ou ‘dommages collatéraux’? La différence se trouve dans votre message politique.

George Lakoff a dit dans son livre, Moral Politics que ce n’est par exemple pas conseillé de reprendre le langage de vos adversaires. L’exemple le plus connu est Nixon. Quand il a dit à la télévision: “I’m not a crook,” tout le monde pensait le contraire. Quand vous reprenez le langage des journalistes, faiseurs d’opinions etc., vous êtes automatiquement associés avec la même vision.

4. Suivez une formation d’animation de débats

Non seulement est-il important d’avoir un bon langage, mais il est aussi primordial de maîtriser le sujet duquel vous parlez. Si vous voulez faire une différence dans le monde politique, alors il ne suffit pas uniquement d’être élu. Même quand vous vous trouvez autour de la table, vous devez être capable de défendre vos opinions. À cause d’une mauvaise connaissance de dossier, beaucoup de politiciens ont échoué et par conséquent, ils ont perdu leur crédibilité professionnelle.

Même aujourd’hui, Cicero est resté extrêmement pertinent. Dans une période de maréchals, combats armés et de brutalités, sa force résidait dans sa parole. Déjà en 70 avant Jésus-Christ, il prononça la formule célèbre: “Civis Romanus sum.” , “Je suis un citoyen romain.” Ultérieurement repris par Kennedy, transformé en le fameux: “Ich bin ein Berliner.

Dans l’année 63 avant Jésus-Christ, Catilina préparait un coup d’état. Après une période d’hésitation, Cicero utilisa la seule et unique arme qu’il avait: sa parole. Dans la séance du Sénat du 8 novembre 63, il démasqua Catilina avec un discours retentissant: “Combien de temps encore vas-tu abuser de notre laxisme, Catilina?”

5. Faites preuve de leadership

Durant les élections locales, la plupart des gens votent pour des personnes, et non pour des partis. Vous pouvez bien sûr choisir une couleur, mais les noms sur les listes sont d’autant plus déterminants pour le résultat final. C’est pour cela qu’il est important de faire preuve de leadership. Non seulement vous vous tirez vous-mêmes vers le haut, mais le leadership se reflète sur la liste complète, qu’ils soient en haut ou en bas de la liste. Trump n’a pas gagné grâce à sa couleur politique, mais grâce à son style de gouvernance radical.

Il n’a pas été prouvé si le choix d’un leader local connu est meilleur pour l’image du parti. Cependant, il s’avère être primordial dans la mobilisation des membres et des sympathisants.

Nous gardons donc ce conseil consciemment pour la fin. Comme ça, vous savez ce qui vous attend. Est-ce que vous prenez l’initiative durant les élections de 2019?

Veuillez patienter, la page se télécharge.

En cours de chargement