OK, je comprends Flyer.be utilise des cookies pour améliorer l'expérience d'utilisateur. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.

Elections communales : du candidat à l'élection

Après une longue campagne, après la composition des listes des candidats, après avoir informé et persuader les électeurs, ... les cartes ont été distribuées cette nuit-là. L'électeur a choisi, les pièces du puzzle sont dispersées. Il ne reste plus qu'à résoudre le puzzle. Le grand jeu final reste à être joué. Quand est-ce qu'un candidat est-il réellement élu ? Regardons de plus près les règles du jeu.

Les élections communales en quelques mots

Nous devons revenir 6 ans en arrière aux précédentes élections communales. Il est temps de rafraîchir quelques principes de base. Ainsi tout sera un peu plus clair pour vous.

  • Les élections communales ont lieu tous les six ans.
  • Les conseils communaux sont choisis.
  • Le conseil communal est l'assemblée d'une commune ou d'une ville : les membres sont directement élus par les citoyens.
  • Le scrutin est gardé secret.
  • Il y a un devoir de se rendre aux urnes mais pas d'obligation de vote. Les votes blancs et invalides sont aussi autorisés.
  • Chaque électeur peut voter une fois, mais vous avez la possibilité d'indiquer différents candidats dans une même liste. Ou un vote pour l'ensemble de la liste.
  • Une majorité est nécessaire pour pouvoir diriger.

Comment siéger ?

Sièges politiques. Chaque partie veut posséder un maximum de siège que possible. Le pouvoir législatif veut obtenir le plus de voix possible comme on peut le lire sur www.bpol.be. Ces votes sont ensuite convertis en sièges. Comment au conseil communal le nombre de sièges est-il déterminé et les sièges répartis entre les partis ?

  • Nombre de sièges au conseil communal

    Le nombre de sièges au conseil communal est déterminé par le décret communal et dépend du nombre d'habitants d'une commune. Dans un conseil communal, le nombre de sièges qui doivent être divisés est entre 7 et 55.

Diviser pour régner

Afin de déterminer le nombre de sièges auxquels un parti a droit, nous devons examiner les résultats des élections par parti. Ce résultat est la somme du nombre de fois où l'un des choix suivants a été fait :

  • Un vote sur la liste ;
  • Un vote sur une ou plusieurs personnes dans une liste ;
  • Ou une combinaison des deux.

La répartition des sièges est égale au nombre total de votes valides pour une liste ou un parti. Si un vote blanc ou invalide est émis, il ne compte pas dans ce résultat, ni dans la répartition des sièges. Ce mensonge peut donc déjà être contredit : un vote blanc ou invalide n'est pas comptabilisé chez le plus grand parti. Au contraire, ces votes sont tout simplement ignorés. Souvent, l'électeur essaie de faire passer un message, ce qui est vraiment dommage. Parce qu'un vote blanc ou invalide est synonyme d'abandon de pouvoir.

Après, le nombre de sièges entre les différentes parties est divisé via le «système Imperiali” (www.deredactie.be). Cette méthode est un système relativement proportionnel qui a pour but de favoriser les grands partis. De cette façon vous empêchez une fragmentation des votes et une majorité peut être formée plus rapidement.

Nous divisons le nombre de votes de chaque liste par 2, 3, 4, ... Ainsi, vous obtenez un tableau avec les différents résultats de ces divisions. Ces résultats sont également appelés quotients. Ensuite, les quotients sont classés par ordre décroissant. Nous pouvons maintenant attribuer les sièges. Le quotient le plus grand a droit au premier siège, le deuxième quotient le plus grand va au deuxième siège, et ainsi de suite. Voici un exemple fictif :

LISTE ALISTE BLISTE C
Nombre de vote800500300
Diviser par 2400 250150
Diviser par 3266166100
Diviser par 420012575

Lorsque nous classons les quotients par ordre décroissant (400 - 266 - 200 - ...), nous voyons que la liste A a droit aux sièges 1 et 2, la liste B au siège 3 et la liste A au siège 4. La liste A a une majorité dans les sièges. Il est également utile de savoir : s'il y a ex aequo entre deux partis, alors ce siège va à la partie qui a le plus de voix.

Élu ou non ?

Une fois que les sièges sont répartis entre les partis, la question suivante est posée : « À qui les sièges sont-ils effectivement attribués ? Qui peut siéger au conseil communal ? » L’attribution des sièges est également basée sur le nombre de voix. Prenons notre exemple fictif de nouveau.

ÉTAPE 1: Déterminer la seuil d'éligibilité

Nous savons que la liste A a reçu 800 voix et a remporté 3 sièges. Sur base de ces chiffres, nous calculerons la seuil d’éligibilité :

(Nombre de vote x numéro de siège) / (nombre de siège + 1) - pour la liste A (800 x 3) / (3 + 1) = 600

Ce chiffre est calculé par liste et représente le nombre de votes qu'un candidat doit obtenir avant de se voir attribuer un siège. Cependant, il arrive rarement qu'un candidat obtienne immédiatement autant de votes. C'est pourquoi il est généralement décidé de passer directement à l'étape suivante : le transfert des votes de liste.

ÉTAPE 2 : transférer les votes de la liste

La liste A a obtenu 500 votes, qui sont les votes qui sont en accord avec l'ordre de la liste. Pour atteindre le taux d'élection, les candidats peuvent utiliser le nombre de votes de liste à transférer. Ceux-ci sont calculés comme ce qui suit :

(Nombre de votes de liste x nombre de sièges) / 3 - pour la liste A (500 x 3) / 3 = 500

La moitié des votes de liste sont transférés aux candidats qui n'ont pas suffisamment de votes pour atteindre le taux d'élection.

Si le nombre de voix préférentielle du candidat 1 est inférieur au seuil d'éligibilité, il peut puiser dans la liste des voix à transférer pour compléter. Ensuite, le calcul est fait pour le second sur la liste, jusqu'à ce que la moitié des voix à transférer soit épuisée.

ÉTAPE 3 : indiquer les élus

Les votes de liste ont été transférés. Il est maintenant temps d'examiner le total des votes par candidat. Le total est la somme du nombre de noms avec les votes de liste transférés pour ce candidat. Ce chiffre est utilisé pour classer les candidats et leurs successeurs. Sur base de ce classement, les sièges auxquels un parti a droit sont attribués. Le premier du classement a alors droit au siège 1. Il est élu et peut siéger au conseil communal.
Ainsi, vous pouvez constater que l'attribution des sièges n'est pas un jeu facile.
A partir de là, les négociations de coalition peuvent commencer.

Less is more, mais pas en politique

En politique, vous ne pouvez diriger que si vous avez la majorité. Lorsque les élections locales sont terminées, des négociations de coalition ont lieu immédiatement entre les différents partis pour atteindre la majorité. Si un certain parti à la majorité absolue, alors il sera seul au pouvoir. Cependant, un parti obtient rarement la majorité des sièges.

Vous devez être soutenu par au moins la moitié +1 de tous les représentants élus. S'il n'y a pas de majorité, deux ou plusieurs parties vont collaborer. Ces négociations prennent souvent du temps. Parfois, les partis ont des points de vues tellement divergents, ce qui rend un accord plus difficile. Lorsqu'un accord est finalement trouvé, les partis noterons les principaux objectifs de leur collaboration dans un accord administratif.

Si nous regardons la pratique, par exemple, la coalition à Gand se compose des partis Sp.a, Groen et Open Vld. Les autres partis au conseil communal forment ensemble l'opposition. Les partis d'opposition à Gand sont CD & V, N-VA et Vlaams Belang. A Bruges, CD & V et sp.a avec Renaat Landuyt formant de nouveau la majorité. Le plus grand parti d'opposition est la N-VA.

Local vs. National

La formation de coalition au niveau local est encore différente de celle au niveau national. Dans la formation de coalition locale, l'importance de l'homme politique individuel est prise en compte. Les relations personnelles jouent un rôle plus important à cet égard. Néanmoins, nous remarquons aujourd'hui que la politique locale est de plus en plus étroitement liée à la politique nationale. La population devient plus mobile et le lien entre la commune et ses habitants est moins fort qu'avant.

Les élections communales seront donc de plus en plus contrôlées par la politique nationale. Les élections locales de cette année sont d'une grande importance pour tous les partis politiques, car elles pourraient être un signe avant-coureur des élections législatives du 26 mai 2019. Pour tous les politiciens, des temps très passionnant sont à venir ...

Veuillez patienter, la page se télécharge.

En cours de chargement