OK, je comprends Flyer.be utilise des cookies pour améliorer l'expérience d'utilisateur. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.

Miroir, mon beau miroir, qui sera le vainqueur de ces élections?

C’est une tradition: à l’approche des nouvelles élections, les médias publient des sondages politiques détaillés, des baromètres d’élection et d’autres prédictions autour du comportement électoral de l’électeur. À travers des échantillons, ils essayent d’obtenir une image du paysage politique et prédisent le plus grand parti, le politicien le plus populaire, jusqu’à même les coalitions qui seront formées. Mais est-ce que ces sondages sont fiables? Et quels sondages vaut-il mieux surveiller en tant que candidat?

Prédites l’imprévisible

Personne n’a une boule de cristal. Cela signifie qu’il n’y a donc personne qui puisse prédire les résultats des élections parfaitement. De plus, il y a tellement de critères qui jouent un grand rôle dont l’actualité par exemple. Il y a certains évènements à l’approche des élections municipales qui peuvent avoir un impact considérable sur les résultats. Un candidat d’un certain parti qui est mis en cause, une décision qui provoque des polémiques (comme la décision concernant le remplacement des F-16s qui était aux infos fin mars), etc. Ils peuvent influencer les résultats de manière à tromper les sondages facilement.

S’il y avait des sondages aujourd’hui, alors ...

Les sondages sont un instantané. Ils en disent plus sur les résultats qu’on obtiendrait si on allait aux urnes à cet instant précis. C’est pour cela qu’il est donc important de les considérer comme une indication d’une tendance générale , une mode, et de ne donc pas se focaliser sur les chiffres exacts. Le parti que vous soutenez ne s’en sort pas bien durant les sondages? Rassurez-vous que cela ne veut absolument rien dire sur vos chances. Surtout quand il s’agit d’élections locales, les gens préfèrent voter pour quelqu’un qu’ils connaissent, quelqu’un qui vient de leur quartier, plutôt que pour des nobles inconnus et par conséquent il est donc possible qu’ils dévient de leur “parti préféré.” Quelqu’un qui depuis plusieurs années vote pour le même parti, mais dont le voisin, la tante ou le meilleur ami se porte candidat pour un autre parti, peut subitement voter pour cet autre parti durant les élections municipales. Il vaut donc mieux se méfier des sondages quand cela concerne les élections locales.

Qui est ce groupe d’électeurs représentatif?

Un sondage est un échantillon basé sur un panel “d’électeurs représentativement sélectionnés.” Les réponses de ce panel doivent représenter les choix des électeurs. Cela signifie donc une version miniature de la réalité. Mais comment choisi-t-on ces électeurs exactement? Et est-ce que tout le monde peut y participer?

Tout d’abord, il y a plusieurs caractéristiques qui sont prises en considération: l’éducation, la classe sociale, l’origine, si le candidat est citadin ou campagnard, la profession, l’âge, etc. De cette manière, on essaye de créer des proportions équilibrées entre les gens du panel et le peuple réel. Le profil des participants est donc déterminé selon certains critères. Après, on va à la recherche de personnes qui correspondent à ce profil spécifique. Cependant, la plupart des bureaux de recherche ont recours à des personnes qui s’inscrivent eux-mêmes. Ces gens-là sont motivés de participer et ont par conséquent souvent une position claire. Quand les gens sont choisis à travers un tirage au sort, le résultat s’avère automatiquement plus fiable.

En outre, la méthode de recherche employée joue un très grand rôle. Est-ce que ce sont les internautes qui indiquent leur choix en ligne? Alors ceux sans ordinateur ou sans accès à l’internet ne sont pas représentés, ce qui peut donner une image erronée. Doit-on se déplacer en voiture afin de pouvoir participer? Dans ce cas, vous excluez une certaine classe sociale. Ces choses-là peuvent vous paraître futiles, mais pour les bureaux de recherche, ce sont des facteurs essentiels auxquels ils doivent faire attention s’ils veulent présenter des résultats fiables. Et beaucoup de bureaux ne sont pas si transparents que ça quand il s’agit de méthodes de recherche...

L’indécision est appréciée

“Le nombre d’électeurs indécis n’a jamais été si élevé.” “Résultats d’élections seulement déterminés dans les derniers jours avant le vote.” Ce sont des titres qu’on voit souvent ressurgir les semaines avant les élections. L’électeur indécis est pour un bon nombre de candidats une raison de renforcer les efforts une dernière fois à la fin de la campagne d’élection. Sachant que ce nombre est souvent largement surestimé. Finalement, les votes de ces électeurs indécis finissent par se répartir sur les différents partis, ce qui fait que ces votes-là ne provoquent pas vraiment une grande divergence. Et si vous demandez à quelqu’un s’il sait pour qui il va voter, comment pouvez-vous en être sûrs qu’il ne vous repoussera pas en vous disant: “Aucune idée?” Effectivement. En tant que candidat, il vaut mieux ne pas se focaliser sur l’effet de l’électeur indécis. Mener une campagne doit donc se faire bien avant la dernière semaine avant les élections municipales

Outsider ou perdant? L’influence des sondages sur le comportement électoral

Plus le jour des élections approche, plus la question se pose si les sondages qui sont publiés ont une influence sur le comportement électoral des gens. Quelqu’un qui n’a pas encore décidé pour quel parti voter peut d’abord choisir d’attendre et finir par opter pour le parti gagnant selon le sondage afin d’appartenir aux gagnants. Après tout, qui ne veut pas gagner? Ou peut-être que quelqu’un optera justement pour l’outsider, un parti qui a eu de moins bons résultats que les autres, afin d’avoir le sentiment de faire une différence dans le résultat final. Ceci entraîne un meilleur résultat que prévu. Les sondages peuvent donc avoir un impacte, certes limité, sur les résultats d’élections, bien que cela n’a jamais été prouvé à base de chiffres.

Sondages politiques: treize à la douzaine

Malgré tous les doutes concernant la fiabilité des sondages, malgré les nombreux arguments des partisans et opposants, il n’y a qu’un seul message: en tant que candidat d’élection, vous ne pouvez pas ignorer les sondages politiques. Durant une année où les élections sont organisées, ils poussent comme des champignons. Chaque mois, au moins une rédaction, un journal ou un site internet annonce avoir les résultats des élections municipales à venir. Ne les laissez pas vous déstabiliser, mais sélectionnez l’information qui peut être potentiellement intéressante pour vous. Cela ne va pas vous faire de mal de bien vous informer à propos de ce qui est dit concernant votre parti, les autres partis et les candidats. De cette manière, vous resterez à la hauteur de ce qui se passe.

Pour conclure, nous avons sélectionné les deux sondages les plus importants à surveiller au niveau Flamand:

Veuillez patienter, la page se télécharge.

En cours de chargement